INSO CAMPUS IEJ

San Andreas : vive l’Amérique et les effets spéciaux


Un casting super famous, des effets spéciaux de partout, une catastrophe naturelle, une histoire d’amour, même deux. Mixez le tout et vous obtiendrez un blockbuster typiquement américain.

Dwayne « The Rock » Johnson se retrouve dans un rôle plutôt inhabituel, celui de père et de mari divorcé attentionné, toujours amoureux de son ex-femme.

Dés le début, toute l’intrigue saute aux yeux. Un père divorcé, une mère qui va se remarier et la fille qui se retrouve seule dans la ville de San Francisco avec son beau-père.

Soulignons que le père qu’incarne The Rock a déjà perdu une fille. Un élément de l’histoire qui a permis de glisser la phrase « Je ne peux pas te perdre toi aussi » dans le film.

Autre cliché, le scientifique qui veut prévenir le monde du danger qui arrive. Quand c’est bien réalisé, ce détail de l’histoire est important. Mais dans ce film ce pauvre scientifique est totalement éclipsé par l’héroïsme de The Rock qui évidemment sauve toute sa famille en ramenant même sa fille la vie. Il ne manquerait plus qu’un gigantesque drapeau des Etats-Unis. Attendez… Il y est ! Suspendu au pont de San Francisco à moitié détruit. En bref, Vive l’Amérique.

Antoine Vedel


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *