PARIS DIDEROT

Bac : le « fiasco » de la physique-chimie


Après l’anglais et l’histoire-géo, c’est cette fois du côté de l’épreuve de physique-chimie que ça coince. En cause ? Une question un brin ambiguë et un changement de barème.

L’édition 2015 n’en finit plus de faire parler d’elle entre la fameuse « question M » de l’épreuve d’anglais et deux erreurs qui se sont glissées dans l’énoncé d’histoire-géo. C’est maintenant l’épreuve de physique-chimie pour la série S qui fait polémique.

A noter que pour une fois, élèves et professeurs sont mécontents même si ce n’est pas pour les mêmes raisons.

Dès la sortie de l’épreuve, les candidats se sont plaints de la difficulté des exercices. Sur le site change.org, une pétition a ainsi été mise en ligne la semaine dernière. Son nom ? « Bac S Physique chimie 2015 : Le Carnage ». Au total, près de 5.500 ont signé pour dénoncer des questions « intraitables pour un élève lambda », et demander « un ajustement » du barème.

De leur côté, les professeurs sont aussi en colère. Tout a commencé en Bretagne, où des correcteurs ont signalé des moyennes catastrophiques sur plusieurs copies tests et déplorent, tout comme les candidats, « un niveau trop élevé » pour les élèves. Une fois l’information remontée au ministère de l’éducation nationale, un nouveau barème a été élaboré. Des questions difficiles demandant une certaine réflexion ne valent plus qu’un point voir o,5 point quand des questions simples valent deux à trois fois plus. Problème : certains points seraient ainsi « offerts » aux élèves avec des copies surévaluées.

La modification du barème, comme les choix des sujets de l’épreuve du bac S de physique-chimie sont qualifiés de « fiasco magistral » par les professeurs. « Il n’est quasiment pas tenu compte des connaissances du socle terminal, ni du travail de l’élève durant son année de terminale S… mais uniquement du fait que l’élève sache lire et recopier des documents donnés, ce qui est à la portée d’un enfant de cours préparatoire », explique un professeur chargé de la correction dans l’académie de Rennes.

Une chose est sûre : cette édition 2015 du baccalauréat restera dans les annales.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *